webleads-tracker

Le verrier AGC France tire les conséquences de la loi travail

20.02.2017 - Presse

Il n’y a pas que sur le marché du verre qu’AGC Glass France (1), filiale du groupe Asahi Glass Compagny, est en pointe. La loi Fillon 2003 était à peine promulguée que les salariés bénéficiaient d’un Plan d’épargne-entreprise (PEE). Un capital bienvenu à l’heure de la retraite, tant pour les salariés anichois (trois cents à ce jour) qui fabriquent des pare-brise et des toits feuilletés pour le compte de constructeurs automobiles, que pour leurs deux cent quatre-vingts collègues de Boussois, dans le bassin de la Sambre, qui, eux, produisent du verre plat pour le bâtiment. Une dizaine d’années plus tard, Jean-Michel Dupuis, DRH d’AGC France (mille deux cents collaborateurs), change de prestataire d’outil de paie. Ceci sur fond de loi Travail qui encourage le bulletin de paie électronique et oblige les sociétés d’au moins trois cents salariés à délivrer un bulletin de paie simplifié. Nibelis (le nouveau prestataire d’AGC) est le seul éditeur français sur le marché à offrir un outil cloud.

« La souplesse de la solution Nibelis nous a plu. L’investissement est lourd, certes, mais le jeu en vaut la chandelle », commente Jean-Michel Dupuis depuis le site de Boussois. AGC France, qui recourait auparavant aux services du « géant » ADP (présence dans cent douze pays) pour sa paie, a donc retenu, à l’issue d’un appel d’offres, Nibelis, une PME de deux cents personnes répartis sur cinq agences, dont une à Lille. « Dans les cinq ans, nous nous projetons à trois cents collaborateurs sur sept agences », témoigne Grégory Grard, responsable commercial de Nibelis. Qui ajoute : « Plus l’entreprise monte en effectif – notre cœur de cible ce sont les sociétés de cinquante à trois cents salariés – plus elle est soumise à des obligations. Dans les Hauts-de-France, le tissu PME est très dense. » Le souci d’AGC, dont le service paie est décentralisé, était d’avoir « un prestataire en paie dont les solutions nous permettent d’assurer la conformité des calculs de paie avec les évolutions réglementaires, mais aussi de s’accorder à des outils existants, conserver les historiques de carrière, etc. »

Le basculement ne s’est pas fait en un jour. « Les premières réunions avec Nibelis remontent à mai-juin 2016 », explique Jean-Michel Dupuis. Des mois passés à huiler la machine paie pour que tout soit prêt en janvier 2017. Les responsables de la paie accéderont à l’outil Nibelis à l’aide d’une interface multi-utilisateurs reposant sur les derniers standards technologiques, 100% web, disponible en permanence. Car, comme le dit le DRH, « la paie faut absolument qu’elle sorte tous les mois. » (1) : AGC Glass, premier producteur mondial de verre plat, possède deux usines de production verrière en France, toutes les deux dans le Nord (Aniche et Boussois) ainsi qu’une dizaine de filiales.