webleads-tracker

Tendance SIRH : la paie bascule dans le cloud

19.03.2015 - Presse

Traditionnellement réservée aux solutions On Premise (ERP), la paie s’externalise désormais dans le cloud. Si plusieurs raisons expliquent ce phénomène, les éditeurs fournissent plus qu’une simple plateforme : ils mettent à disposition différents niveaux de service d’accompagnement pour aider les entreprises à maîtriser un sujet terriblement complexe, et ceci quelle que soit leur taille. Eléments d’explication.

L’externalisation de la paie dans le cloud est en vogue chez les entreprises. C’est d’ailleurs une tendance de fond. Même si le sujet est sensible, les solutions SaaS offrent aujourd’hui suffisamment de garantie en termes de sécurité et de possibilités d’évolution.

Pourquoi externaliser ?

« La première raison est la gestion de la complexité. Entre les obligations sociales des entreprises, bases de données uniques, cotisations URSSAF en fonction des effectifs et les nouvelles réformes qui voient le jour (compte pénibilité, formation, statut des stagiaires…), les services RH doivent s’adapter sans cesse », observe Alain Crémer, PDG de Nibelis. Conséquence : les éditeurs proposent des plateformes évolutives capables de prendre en compte en temps réel les nouvelles obligations légales. Selon leur taille, les besoins peuvent varier : « Une petite entreprise a tendance à rechercher chez le prestataire un haut niveau d’expertise. Inversement, une grande entreprise s’intéresse davantage à la réduction des coûts » explique Philippe Galiano, directeur marketing chez ADP.

Le cloud propose généralement des solutions standardisées. Pas vraiment adapté aux enjeux de la paie ? Loin de là. « Dès qu’un changement législatif se produit, nous l’intégrons immédiatement dans notre outil et tous nos clients profitent de cette mise à jour instantanée, fiable, sécurisée et sans surcoût. C’est l’avantage d’une solution cloud par rapport à un progiciel qui réclame une intervention directe, forcément différée et coûteuse pour l’entreprise » poursuit Alain Crémer.

Comment ça marche ?

Les offres de service se situent à plusieurs niveaux. Chez ADP, on propose 3 solutions techniques différentes (en fonction de la taille des entreprises) qui correspondent à différents degrés de customisation : plus l’entreprise est grande, plus son système sera personnalisé.

Mais c’est véritablement par rapport à leur service d’accompagnement que les éditeurs créent de la valeur ajoutée. « Nous proposons 3 niveaux d’engagement : le premier consiste à laisser le client gérer lui-même le système, le deuxième (notre solution la plus populaire) vise à assurer la mise en conformité sur la réglementation et à personnaliser en fonction des spécificités du client. Le troisième niveau est une externalisation totale avec la prise en charge par nos équipes de la gestion administrative de la paie » souligne Philippe Galiano. Du côté de Nibelis, on retrouve également ces différents niveaux de services, qui laissent plus ou moins d’autonomie aux clients en fonction de leurs besoins.

Romain Giry

 
 Visualiser l’article en ligne sur le site Focus RH ! cliquez-ici