3 conseils pour une gestion RH de crise maîtrisée

Non, toutes les entreprises ne connaissent pas la crise. Mais comment réagir lorsque celle-ci se présente ? Qu’il s’agisse d’un accident, d’une défaillance humaine ou matérielle, d’une atteinte à la moralité ou d’un évènement extérieur (telle l’épidémie du coronavirus), la réaction de l’employeur sera scrutée par de multiples parties prenantes, dont ses salariés. Quel rôle les RH ont-ils à jouer durant une crise ? Quelles mesures sont à adopter pour mieux communiquer et mettre en place des dispositifs appropriés ? Voici quelques conseils pour gérer la crise et en limiter les effets sur l’entreprise.

Les impacts d’une crise

Suivant la nature de l’évènement auquel doit faire face l’employeur, les professionnels RH seront plus ou moins impliqués. La crise peut toucher les salariés (grève, etc.), l’organisation (départs massifs), les finances (perte d’un client important), voire même relever d’une situation qui contrevient aux principes juridiques en vigueur.

L’entreprise doit réagir au plus vite pour assurer la sécurité de ses collaborateurs et éviter que la crise retentisse négativement sur son image. Face aux dangers potentiels, les services RH constituent des alliés précieux pour accompagner l’employeur dans cette période sensible.

Checklist d’une gestion de crise RH maîtrisé

– Analyser la situation et estimer son éventuel impact pour concevoir un dispositif approprié en réaction.

– Cerner le périmètre global: le problème actuel, les éventuelles complications qui pourraient se greffer à l’existant.

– Enregistrer les évènements ayant pris place au niveau de l’organisation. Un document partagé, que l’on pourrait comparer à une main courante, permet de disposer d’une vision globale et pragmatique de la crise en cours.

– Mobiliser les membres de la cellule de crise.

– Prioriser les actions à mener et ne surtout pas négliger l’interne (mesures de sécurité, etc.).

– Mettre en œuvre le plan d’action et s’assurer que la démarche prévue puisse être mise en place sans obstacles.

– Maîtriser sa communication: les personnes désignées par l’entreprise seront les plus aptes à échanger avec la presse, notamment. En interne, des relais nommés se chargeront de relayer les informations émanant de la Direction.

Conseil n°1 : anticipez !

Partez du principe qu’une crise peut survenir à tout moment et dans n’importe quelle entreprise, dont la vôtre ! Tout va bien ? C’est le meilleur moment pour anticiper ce qui pourrait affecter le bon fonctionnement de votre organisation.

Mettez en place une cellule de crise avec des référents métiers, formés à vos enjeux.

Structurez un plan d’action et réactualisez-le régulièrement, a minima tous les six mois.

Conseil n°2 : comptez sur les autres services !

Collaborez avec la Direction de la communication, si votre entreprise dispose d’une cellule dédiée. Un service de relations presse peut être un précieux allié, le cas échéant.

Coupez court aux rumeurs et à la circulation d’informations officieuses en interne. Mobilisez les managers de proximité afin qu’ils rassurent leurs collaborateurs et remontent leurs appréhensions. Donnez-leur la latitude de s’exprimer avec leurs mots, sans relayer un discours trop formaté.

Conseil n°3 : privilégiez la transparence !

Répondez aux sollicitations, autant que possible. Salariés, partenaires sociaux, journalistes : recueillez l’ensemble des demandes et prenez soin de ne pas laisser d’interrogations en suspens à court terme.

Optez pour un discours transparent et cohérent : les mêmes informations délivrées au bon moment à vos interlocuteurs. Ne privilégiez pas un type de public : collaborateurs comme parties prenantes externes aspirent et peuvent prétendre au même niveau d’information.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin